icon-info-o-bleuPourquoi un dépistage organisé du cancel colorectal ?

Le gros intestin est aussi appelé côlon. Le cancer colorectal, comme son nom l’indique, se forme dans le côlon ou dans le rectum qui est la dernière partie du gros intestin.

colonChaque année en France on compte plus de 42 000 nouveaux cas de cancer de l’intestin. Ce cancer est le 3ème cancer le plus fréquent en France. Lorsqu’il est détecté à un stade précoce, il se guérit dans 90% des cas.

Touchant les femmes comme les hommes avec une fréquence qui augmente rapidement après l’âge de 50 ans, il atteint essentiellement le gros intestin, en se développant fréquemment sur de petites excroissances des parois appelées polypes.

Plus il est détecté tôt, plus son traitement est efficace et meilleures sont les chances de guérison. Mais souvent, aucun signe ne révèle le début de la maladie.

Cependant, les gros polypes ou les cancers de l’intestin peuvent saigner de façon intermittente et sans laisser de trace visible dans les selles. Une des meilleures façons de déceler ces saignements est un dépistage simple et facilement réalisable chez soi.

Le test immunologique est un nouveau test de dépistage plus simple, plus performant et plus fiable.

Un nouveau test est proposé depuis mai 2015 : il s’agit du test immunologique. Celui-ci est plus simple, plus performant et plus fiable. Pour qu’il soit pleinement efficace, il est recommandé de le renouveler tous les deux ans à partir de l’âge de 50 ans et jusqu’à 74 ans.

colon-testUn test simple à réaliser
Il n’y a plus qu’un seul prélèvement de selle. Le test est plus ergonomique et plus rapide d’utilisation.

Un test plus fiable
Il ne détecte que le sang humain et la lecture est réalisée par des
automates (robots).

Un test plus performant
Il permet de détecter plus de lésions.

Un test aux doubles bénéfices
Un test positif qui permet la découverte de lésions a deux avantages :

  • En enlevant les polypes lors de la coloscopie, on évite qu’ils ne se transforment en cancer.
  • En détectant un cancer à un stade encore limité, on a de meilleures chances de guérison, avec des traitements plus efficaces et souvent moins lourds.

Il se présente en 3 volets contenant des éléments nécessaires à la réalisation du test.

colon-apercu   colon-mode-emploi

Volet 1 = le mode d’emploi.
Volet 2 = la fiche d’identification et le dispositif de recueil des selles.
Volet 3 = le tube de prélèvement, le sachet de protection et l’enveloppe T de retour.

COMMENT FAIRE LE TEST ?

Si vous avez entre 50 et 74 ans, vous êtes invité par un courrier de l’association ADEMA 80 vous incitant à consulter votre médecin généraliste, qui vous remettra le kit de dépistage et vous dispensera les explications nécessaires.

Il vous informera de la conduite à tenir en cas de test positif. Ce courrier (suivi de relances si vous n’y répondez pas), vous sera envoyé tous les 2 ans par ADEMA 80.
Pour information, près de 150 000 femmes et hommes âgés de 50 à 74 ans résidant dans la Somme reçoivent cette invitation.

Vous réaliserez le test à votre domicile. La procédure est clairement expliquée sur le mode d’emploi (volet 1). Vous l’enverrez ensuite pour analyse au laboratoire Cerba, à l’aide de l’enveloppe préadressée et prétimbrée bleue qui se situe dans le volet 3 du kit de dépistage, sans oublier de glisser le tube dans le sachet de protection.

Après analyse, les résultats vous parviendront par courrier ainsi qu’à votre médecin.

Pour toute information complémentaire ou si vous avez perdu votre invitation, parlez-en à votre médecin ou appelez ADEMA 80 au 03 22 72 11 81.

Vous pouvez également regarder :

  • le film expliquant comment faire ce test, réalisé par l’Institut National du Cancer :

 

  • le film expliquant comment faire ce test, réalisé par l’Institut National du Cancer :

Mise en ligne de la BD.

 

LES RÉSULTATS DU TEST

Le résultat du test vous est adressé directement par courrier ainsi qu’à votre médecin par le laboratoire CERBA. ADEMA 80 reçoit également vos résultats. Si vous le souhaite, vous pouvez également avoir vos résultats sur internet, il vous suffit de vous inscrire sur le site www.resultat-depistage.fr.

Si le test est négatif, vous le renouvelez deux ans plus tard.
Toutefois, si des troubles apparaissent dans l’intervalle (diarrhée ou constipation inhabituelle, fatigue anormale, douleurs au ventre,…), consultez votre médecin traitant sans attendre. Un cancer qui ne saigne pas peut prendre en défaut ce test. Un test positif (3 à 4% des cas) révèle la présence de sang dans les selles ; cela ne signifie pas que vous avez un cancer.

Si le test est positif, une coloscopie doit être réalisée pour rechercher l’origine du saignement.

En cas de test positif, on diagnostique un cancer de l’intestin 1 fois sur 10, et de gros polypes 2 à 3 fois sur 10.

La coloscopie est un examen qui consiste à observer la paroi interne du côlon à l’aide d’un instrument appelé coloscope.
Il s’agit d’un tube souple, qui mesure entre 1,5 et 2 mètres. Muni, comme tout endoscope, de fibres optiques et de pinces, le coloscope permet au médecin d’observer la totalité du côlon et de réaliser des prélèvements (biopsie).

Réalisée par un gastroentérologue, sous anesthésie générale le plus souvent, la coloscopie est l’examen de référence pour détecter des lésions du côlon ou du rectum, qu’elles soient cancéreuses ou non.

Elle permet d’identifier la cause du saignement repéré par le test mais aussi, le cas échéant, de retirer d’éventuels polypes avant qu’ils ne se transforment en cancers. Dans plus de la moitié des cas, la coloscopie ne décèle aucune anomalie. Elle détecte un polype dans 30 à 40 % des cas et un cancer dans 8 % des cas.

Le gastroentérologue, avant de réaliser cet examen, vous en précisera les rares complications possibles. Cet examen est pris en charge par l’assurance maladie dans les conditions habituelles.

Les complications sérieuses de la coloscopie sont très rares (environ 1 à 2 pour 1000 coloscopies).

Attention un examen négatif ne met pas à l’abri pour la vie. Il faut refaire le test tous les deux ans. Le dépistage organisé est un moyen de rappeler cet examen par l’envoi d’une invitation deux ans après le test précédent.